GAGNER de L'ARGENT avec le tennis en 2020

Tomas Berdych: tous les rêves ne se sont pas encore réalisés

Malgré l'intense préparation du match de quart de finale de la Coupe Davis entre les équipes nationales de Russie et de République tchèque, le leader de l'équipe visiteuse Tomas Berdych a trouvé le temps de répondre aux questions du correspondant de Championship.ru.

- Tomas, parlons d'abord de votre performance à Miami. Avez-vous eu une chance de battre Nadal et d'avancer au-delà des demi-finales dans la fourchette du tournoi? Si oui, qu'est-ce qui ne vous a pas suffi pour gagner?

- Oui, il y avait des chances. Et je pourrais tourner le premier set en ma faveur. Mais après un long voyage à travers les USA, après plusieurs matches à Miami, j'étais épuisé, très fatigué. C'est ce qui a causé tant de victoires faciles que Nadal m'a emporté dans le deuxième jeu.
Et si vous jouez contre Rafael, vous devez être prêt à 100%. Il est assez difficile de vaincre Nadal. Je peux dire qu'il a légèrement changé son style de jeu, a commencé à agir de manière plus agressive, et cette tactique a fonctionné. Oui, il méritait cette victoire.

- La raison de votre échec est donc une perte de concentration ou une simple fatigue?

- Je ne pense pas que ce soit une question de concentration. Je suis juste vraiment fatiguée. Comme je l'ai dit, la raison en était le long voyage et les matchs difficiles. J'avais besoin d'un peu de repos avant le match de vendredi.

De manière générale, êtes-vous satisfait de vos résultats personnels à Miami, du niveau de jeu que vous avez montré?

- Oui, je suis satisfait du niveau de mon jeu et des résultats des matchs eux-mêmes. J'ai battu plusieurs joueurs de tennis forts, dont deux que je pourrais rencontrer lors des matchs à Moscou, ce week-end. Je peux dire avec confiance que ces deux semaines que j'ai passées à Miami ont été formidables. Quant à mes autres résultats, le temps nous le dira.

- Avez-vous pensé à faire une pause après Miami et à vous reposer un peu?

- Si nous n'avions pas joué les matchs de Coupe Davis, j'aurais certainement pris une pause, reposé, détendu. Mais nous avons remporté le premier match en février, et maintenant nous devons jouer ici en Russie. Et j'ai juste dû changer mon horaire. Après les matchs de la Coupe Davis, je vais certainement faire une pause pour bien me reposer et récupérer.

- De manière assez désintéressée! Est-ce que jouer pour l'équipe nationale est si important pour vous?

- Pour moi, jouer pour la République tchèque est toujours quelque chose de spécial. J'adore aller au tribunal pour l'équipe nationale, et ces matches sont très différents des tournois individuels, où vous ne jouez que pour vous-même. A la Coupe Davis, vous jouez pour l'équipe, pour votre pays, l'ambiance est complètement différente, c'est bien mieux! Je peux me vanter que nous avons une équipe formidable, grâce à la fois à la bonne ambiance et aux qualités professionnelles et personnelles des joueurs eux-mêmes. J'apprécie vraiment ces jeux.

- Avez-vous vraiment une si grande différence entre les tournois individuels et les matchs de la Coupe Davis?

- Oui, il y a une grande différence ... Je pense qu'il n'y a même rien à comparer! Entre les matchs des quarts de finale du tournoi du Grand Chelemet le match de Coupe Davis, il est difficile de faire des parallèles. Lorsque vous jouez pour l'équipe nationale, lorsque vous représentez votre pays, c'est un sentiment complètement différent.

- Votre entraîneur personnel Jaroslav Navratil est également le capitaine de l'équipe nationale. Cela vous aide-t-il d'une manière ou d'une autre?

- Je pense que oui. Il voyage beaucoup avec moi pendant la saison de tennis. Il voit beaucoup de joueurs et sait qui joue. Il connaît également les joueurs russes, leur manière de jouer, leurs forces et leurs faiblesses. Je pense que c'est un avantage important. Il peut me dire quelque chose, me conseiller, assis sur le banc. Je pense que Yaroslav est d'un grand avantage pour l'équipe.

- Peut-être que tu comprends mieux ton entraîneur que les autres joueurs de l'équipe?

- Je ne pense pas. Nous sommes tous sur un pied d'égalité. Yaroslav nous aide beaucoup en tant que mentor, nous motive à jouer, renforce l'esprit d'équipe. Nous le comprenons tous également bien. À cet égard, il n'y a aucune différence entre moi et le reste de l'équipe.

- A Miami, vous avez battu deux Russes - Dmitry Tursunov et Igor Andreev. Les victoires sur les membres de l'équipe rivale vous ont-elles ajouté de la confiance?

- Oui, bien sûr. Dans le passé, les résultats des rencontres avec ces joueurs de tennis russes n'étaient pas en ma faveur. C'est particulièrement vrai pour Andreev, j'ai perdu quelques matchs contre lui. Maintenant, je suis heureux de pouvoir battre Igor, le battre une semaine avant la Coupe Davis. Cela apporte une certaine confiance. Mais ici, on joue sur terre battue, et les matchs seront différents de ceux de Miami.

- Que peux-tu dire de l'équipe russe? En particulier, à propos de Davydenko?

- Wow ... L'équipe est très forte! Surtout quand il y a un joueur comme Nikolai Davydenko dedans. Je pense que le plus gros avantage de l'équipe russe est qu'elle a un large choix: il y a des joueurs de tennis qui jouent en simple, il y a des joueurs de tennis qui jouent en couple. La Russie a de nombreuses opportunités et options pour parier sur le match. Les combats ne seront donc pas faciles. Mais nous sommes là pour faire de notre mieux pour obtenir le plus de points possible. Nous espérons qu'il y aura trois points.

- Lors du tournoi de Rotterdam, vous avez remporté le titre avec Dmitry Tursunov ...

- Oui, nous y avons joué en double décharge et a remporté notre première victoire.

- Êtes-vous de bons amis?

- Nous sommes amis. Il a un excellent sens de l'humour, il en sait beaucoup sur les bonnes blagues. C'est super de passer la semaine du tournoi avec lui. Nous n'avons aucun problème de communication. Dmitry est un gars formidable.

- Qu'est-ce que ça fait de jouer contre votre ami?

- ( un peu réfléchi ) Lorsque vous sortez sur le terrain, face à face avec un autre joueur, vous ne pouvez être l'ami de personne. Vous jouez simplement et essayez de montrer votre meilleur tennis. Après le match, vous pouvez parler, discuter, marcher n'importe où, dire n'importe quoi, mais pas pendant le match.

- Aux Jeux Olympiques de 2004, vous avez battu Roger Federer, qui était le principal favori de la compétitionaniy. Quatre ans se sont écoulés. Au moins une de vos victoires peut-elle se comparer à ce succès lors du match contre la première raquette du monde?

- C'était ma première grande victoire. C'est exactement ce qui restera toujours avec moi, dans ma mémoire, surtout quand je pense aux Jeux Olympiques. Mais j'ai aussi eu des victoires importantes. J'ai gagné mon premier tournoi, mon premier Masters. Oui, vaincre Roger est quelque chose que je n'oublierai jamais. C'est un épisode très important et agréable. Mais j'espère qu'il y aura beaucoup d'autres épisodes de ce genre.

- Pouvez-vous comparer les matchs des Jeux Olympiques et de la Coupe Davis?

- Je ne prétends pas comparer, car ce sont des choses complètement différentes. Le Tournoi du Grand Chelem, les Jeux Olympiques, la Coupe Davis, ce sont trois épreuves différentes.

- Vous êtes désormais numéro 9 du classement mondial. C'est votre meilleur bilan de carrière. Quels sont vos projets futurs?

- J'essaye de monter un peu plus haut dans le classement. Le fait que je fasse maintenant partie des dix joueurs de tennis les plus forts du monde est un bon résultat. Mais, je vais continuer à améliorer mon jeu, je vais essayer d'augmenter ma note. Je pense que la cohérence et la stabilité du jeu sont encore plus importantes. Aussi, sur le chemin de la victoire, la question du maintien de la santé est importante.

- La position dans le top 10 du classement était-elle un rêve de votre enfance?

- Oui, bien sûr! Tout joueur qui commence à jouer au tennis, commence à aller à des tournois, rêve d'être au sommet du classement. Peut-être même sur la première ligne. Mais plus tard, vous réalisez qu'il n'est pas si facile d'être au sommet du classement, et encore plus de devenir le premier au monde, et vous commencez à vous battre de toutes vos forces.

- Vous pouvez dire que votre rêve est devenu réalité?

- Bien sûr! Mais, je ne voudrais pas parler de la réalisation des désirs. C'est une autre affaire si vous gagnez le Grand Chelem. De nombreux joueurs aspirent à cette victoire tout au long de leur carrière. Jusqu'à présent, je n'ai pas obtenu de tels résultats, alors voyons ce qui m'attend à l'avenir.

- Est-ce votre première visite en Russie?

- J'étais ici une fois , Il y a 4 ans, lors d'un tournoi. Ça s'appelle comment? Je m'en souviens.

- Kremlin Cup?

- Oui, à la Kremlin Cup! C'est donc ma deuxième fois en Russie.

- Quelles sont vos impressions sur notre pays?

- Lors du dernier tournoi, je n'ai passé que 2 jours à Moscou. Court voyage! Tout était rapide! Je n'ai pas eu le temps de chercher ou d'aller nulle part. Peut-être que cette fois, il y aura plus de temps et tout sera différent.

- Allez-vous voir quelque chose des sites? Peut-être la Place Rouge?

- J'aimerais vraiment y aller. Mais le calendrier est très serré. Tous les gars sont venus dimanche soir et je ne suis venu que le lundi matin. Je ne pense pas que nous aurons beaucoup de temps pour faire du tourisme et visiter tous ces beaux endroits.

Commande et livraison de billets sur le site: www.tennis-russia.ru/daviscup2008

HYGIENE ALIMENTAIRE | alimentation et belle peau

Post précédent Nikolay Davydenko: J'espère que la séquence noire est derrière
Prochain article Kamelson: Kuznetsova a tout pour gagner!